Le blog de naizinois

Le blog de naizinois

quel regard poser sur le libéralisme , sur les politiques , le consumérisme , la pensée unique, l'environnement , l'art , la culture et l'éducation populaire permanente.

Publié le par naizinois
Publié dans : #billet d'humeur

 Liberté Egalité Fraternité 

ce triptyque orne tous les frontons de nos mairies et de nos édifices publics . C'est peut être bête, mais je me pose la question : pourquoi ne figure t-il pas sur ceux de toutes nos écoles publiques et laiques depuis l'adoption des lois sur la séparation de l'église et de l'état ? Pourtant n'est-ce pas là que, dès le plus jeune âge, nous sommes tous confrontés à l'apprentissage de la citoyenneté ? à l'appropriation des clés du savoir ? Du vivre ensemble ? Du principe de laïcité garantissant la liberté de pensée et d'avoir une religion.... ou pas ?

Ces valeurs républicaines sont-elles toujours d'actualité ?

Aujourd'hui Nous vivons dans une société qui génère le repli sur soi, l'égoïsme, la peur de l'autre  .Alors que des enjeux sociétaux de plus en plus acerbes , contradictoires, remettent en cause la démocratie et les principes de liberté, d'égalité, et de fraternité, on a tout lieu de craindre le pire pour demain si notre gouvernement " dit" de gauche ne recadre pas le rôle de l'école publique dans sa dimension et sa mission originale.? Il ne suffit pas de déclarer à l'envi , particulièrement en périodes pré-électorales, que l'école publique est gratuite, laïque et obligatoire pour qu'il en soit ainsi dans la pratique. Certes, en regard des textes on pourrait le croire, mais est-elle toujours considérée comme étant l'école de la République ? L'état exerce t-il son pouvoir régalien sans tenir compte des lobbies de l'enseignement privé et confessionnels, des enjeux économiques et des profits que peut générer la "marchandisation" du secteur éducatif ? Evidemment la réponse est non ! L'école est également au centre des enjeux politiques, entre la droite et la gauche, ils se traduisent par plus de reculs que d'avancées et généralement au détriment de la laïcité et du mouvement d'éducation populaire et permanente initié par la ligue de l'enseignement.

Le combat pour l'école publique est-il toujours d'actualité ?

Qu'est- ce que ça veut dire aujourd'hui : défendre l'école publique ? comment ce message est-il perçu ? Il fut un temps où la grande majorité des familles inscrivait leurs enfants dans le public par conviction en regard des valeurs de la laïcité et de la mission de l'école publique. Nos gouvernements successifs, issus des majorités de gauche ou de droite, à force de renoncement, de compromis, de clientélisme électoral, ont fini, plutôt que d'en assurer sa promotion, par pervertir le mot Laïcité dans les esprits ! Que dire des coupes drastiques des subventions allouées au mouvement d'éducation populaire et permanente , partenaire naturel de l'école publique? Sans avoir de réponses exhaustives à tout ce questionnement, on est en droit d'attendre du Président de la République, de son gouvernement et de l'assemblée nationale autre chose que des réformes inapplicables ou inappliquées

La Laïcité reconnue comme étant une valeur universelle ?

pourquoi pas ! en tous cas c'est un défi que tous ceux et toutes celles qui se reconnaissent dans ses valeurs doivent lancer à la face ceux qui prétendent agir au nom d'un dieu ou autre ineptie du genre . La montée des extrémismes (pas forcément religieux) est synonyme de conflits permanents, de guerres et de souffrances pour les peuples....de crimes contre l'humanité ! Certes les peuples ont le droit de faire un choix de société, d'élire ( pas toujours ) leurs représentants ... mais les autres, l'occident comme ils disent , ont le devoir d'agir et d'intervenir par la voie diplomatique, voire économique, afin d'influer sur la capacité de nuisance de ces fous de dieu ! Hélas dans la réalité du moment, toujours au nom d'intérêts particuliers des nations et de l'ultra libéralisme ambiant, la guerre est toujours une éventualité ! .L'intelligence des peuples reste le meilleur atout pour bannir les guerres, le terrorisme et autres fléaux de l'humanité. La laïcité reconnue et appliquée comme valeur universelle, ne résoudra pas tous les problèmes de la planète, mais demeure l'outil le mieux approprié pour garantir la liberté, l'égalité et la fraternité et l'amitié entre les peuples à l'échelle du monde. Il reste du chemin à faire et vouloir ce monde là restera qu'une vision d'utopiques si nous baissons les bras. Moi, citoyen du monde, j'invite notre Président, son gouvernement, sa majorité, la Gauche, la droite, enfin tous ceux qui ne renoncent pas, à ouvrir le chantier et dans un premier temps d'adresser un courrier au Président des Etats Unis d'Amérique précisant qu'il est inconcevable de parler de venir en aide aux chrétiens irakiens alors que le bon sens aurait été de parler des irakiens de confession chrétienne ! C'est vrai, comme tous ces prédécesseurs, il à prêté serment d'être fidèle à la constitution en jurant sur la bible.!

Ce bavardage avec moi même m'a emmener loin de l'école, aussi je reviens sur le sujet ou plutôt parler d'un souvenir de la communale qui me ramène dans la classe du certificat d'étude. C'est pas sans émotion que je revois Monsieur Pasco, le maître d'école, parler de l'expansion des idées révolutionnaires dans notre pays et en Europe en cette fin du dix huitième siècle. Ces idées disait-il, c'est le peuple en colère qui un jour 14 juillet détruit la Bastille symbole du pouvoir absolu et d'injustice. C'est l'abolition des privilèges le 4 aout 1789, c'est l'abolition de l'esclavage ! la proclamation de la République. Je me souviens lui avoir demandé pourquoi qu'en 1957, la moitié des terres agricoles de la commune de Naizin appartenait encore au comte de Maingard ? Sans doute que la révolution n'est pas terminée m'a t-il répondu, voila pourquoi que tu dois devenir un citoyen capable de comprendre et faire perdurer l'oeuvre de ceux qui ont osés dire non à des siècles d'obscurantisme et de domination de la noblesse et du clergé Avec le recul je comprends mieux la réponse de mon instituteur, sans doute  faisait-il partie de ceux qu'on nommait hussards de la république ! J'ose à peine imaginer un élève aujourd'hui, rapportant ces mêmes propos à la maison et la réaction des parents ! Cependant une chose est sure : sa réponse était pleine de bon sens et combien il avait raison !

Voir les commentaires

Publié le par naizinois
Publié dans : #album photos

~~ Enzo le fugueur mais toujours fidèle. Ayant hérité du caractère d'un griffon, il était cabochard comme pas un ! il savait aussi se donner en spectacle à l'occasion . Son besoin de courir la campagne venait à coup sur de sa mère ; une beagle chasseresse dans l'âme jusqu'au bout de la queue ! Nous avons connu des moments de bonheur ensemble et j'ose espérer qu'il en a été de même pour lui

Nous avons fait un bout de chemin ensembleNous avons fait un bout de chemin ensembleNous avons fait un bout de chemin ensembleNous avons fait un bout de chemin ensembleNous avons fait un bout de chemin ensembleNous avons fait un bout de chemin ensembleNous avons fait un bout de chemin ensembleNous avons fait un bout de chemin ensembleNous avons fait un bout de chemin ensembleNous avons fait un bout de chemin ensembleNous avons fait un bout de chemin ensembleNous avons fait un bout de chemin ensembleNous avons fait un bout de chemin ensembleNous avons fait un bout de chemin ensembleNous avons fait un bout de chemin ensembleNous avons fait un bout de chemin ensemble

~~Noisette a connu une fin tragique et il m'a fallu beaucoup de temps et de déprime pour me faire à l'idée de son non retour . Nous ne voulions plus de chat à la maison , la peur de l'accident à cause des voitures et nous avions un peu raison puisque Noisette en a été victime. Mais bon, nous avons succomber aux arguments d'un voisin qui, de toute manière envisageait de tuer le chaton en nous disant que nous étions sa dernière chance de survie ! Comment résister ? Alors voila une nouvelle pensionnaire de plus et une belle histoire qui commençait. Des heures de promenade dans les vignes avec Princesse et Noisette qui avait la passion de grimper dans les arbres, au grand dam de la chienne qui ne pouvait en faire autant ! Enfin pleins d'autre petits bonheurs qu'on n'oublie pas.

Nous avons fait un bout de chemin ensembleNous avons fait un bout de chemin ensembleNous avons fait un bout de chemin ensembleNous avons fait un bout de chemin ensembleNous avons fait un bout de chemin ensembleNous avons fait un bout de chemin ensembleNous avons fait un bout de chemin ensembleNous avons fait un bout de chemin ensembleNous avons fait un bout de chemin ensembleNous avons fait un bout de chemin ensembleNous avons fait un bout de chemin ensembleNous avons fait un bout de chemin ensembleNous avons fait un bout de chemin ensembleNous avons fait un bout de chemin ensembleNous avons fait un bout de chemin ensembleNous avons fait un bout de chemin ensembleNous avons fait un bout de chemin ensembleNous avons fait un bout de chemin ensembleNous avons fait un bout de chemin ensembleNous avons fait un bout de chemin ensemble

~~Princesse , à mon avis, jamais un titre de noblesse n'aura été aussi bien porté. Pas une once de méchanceté mais par contre de la générosité et aussi, beaucoup de malice ! une adoration pour les enfants et un ange gardien pour eux . Une obéissance sans faille, que du bonheur! Compagne de jeux avec noisette elle avait toujours le souci de ne pas lui faire du mal, on pouvait la voir marcher tout doucement, la chatte perchée sur son dos et acceptant quelques coups de griffes sans se rebeller. En prenant beaucoup de place dans la maison, elle nous à apporté que du bonheur. Hélas tout n'a qu'un temps, l'âge, la maladie....Avec un grand déchirement au cœur il a fallu se dire au revoir

Nous avons fait un bout de chemin ensembleNous avons fait un bout de chemin ensembleNous avons fait un bout de chemin ensembleNous avons fait un bout de chemin ensembleNous avons fait un bout de chemin ensembleNous avons fait un bout de chemin ensembleNous avons fait un bout de chemin ensembleNous avons fait un bout de chemin ensembleNous avons fait un bout de chemin ensembleNous avons fait un bout de chemin ensembleNous avons fait un bout de chemin ensembleNous avons fait un bout de chemin ensembleNous avons fait un bout de chemin ensembleNous avons fait un bout de chemin ensembleNous avons fait un bout de chemin ensembleNous avons fait un bout de chemin ensembleNous avons fait un bout de chemin ensembleNous avons fait un bout de chemin ensembleNous avons fait un bout de chemin ensembleNous avons fait un bout de chemin ensemble

~~Gribouille quand il est arrivé chez nous il a fallu l'élever au biberon. On s'est fait prendre encore une fois par les sentiments par une dame qui l'avait retrouvé dans son jardin et qui, ne pouvant le garder nous à convaincu de l'adopter. Nous n'avons aucun regret et comme tous les animaux que nous avons eu, il a vite trouvé sa place parmi nous. Puis un autre chien est arrivé chez nous et notre Gribouille s'en est allé! Pendant longtemps il a errer autour de la maison sans jamais rentrer, impossible de l'attraper . Tous les jours nous lui mettions à manger dans son bol au fond du jardin et puis un beau jour le bol est resté plein; Gribouille a disparu de notre vue. Est-il toujours vivant? à t-il retrouvé une maison sans chien ? c'est le bonheur qu'on lui souhaite ! Mais il nous manque .

Nous avons fait un bout de chemin ensembleNous avons fait un bout de chemin ensembleNous avons fait un bout de chemin ensembleNous avons fait un bout de chemin ensembleNous avons fait un bout de chemin ensembleNous avons fait un bout de chemin ensembleNous avons fait un bout de chemin ensembleNous avons fait un bout de chemin ensembleNous avons fait un bout de chemin ensembleNous avons fait un bout de chemin ensembleNous avons fait un bout de chemin ensembleNous avons fait un bout de chemin ensembleNous avons fait un bout de chemin ensembleNous avons fait un bout de chemin ensembleNous avons fait un bout de chemin ensembleNous avons fait un bout de chemin ensembleNous avons fait un bout de chemin ensembleNous avons fait un bout de chemin ensembleNous avons fait un bout de chemin ensembleNous avons fait un bout de chemin ensembleNous avons fait un bout de chemin ensembleNous avons fait un bout de chemin ensembleNous avons fait un bout de chemin ensemble

Voir les commentaires

Publié le par naizinois
Publié dans : #billet d'humeur

Un sentiment de dégoût m'anime aujourd'hui et j'ai envie de crier ma colère tant ceux que l'on dit grands et qui ont le pouvoir d'agir, semblent frappés de surdité devant le martyre du peuple palestinien. Un cri dans le vent sans doute, quand, des millions de voix dans le monde s'élèvent pour dénoncer ces atrocités et dire stop aux massacres n'influent en rien le gouvernement Israélien dans sa furie guerrière!. Comment se peut-il qu'un peuple qui a subit un génocide sans nom qui avait pour but l'extermination totale des juifs peut-il accepter cette barbarie ? Bien sur des voix s'élèvent en Israël pour dénoncer la politique de leur premier ministre, réclamer la paix et la reconnaissance de l'état palestinien, mais leur protestation n'a pas plus d'effet que mon cri dans le vent !

J'enrage de voir comment les médias à grande audience nous informent de la réalité sur le terrain; le journal télévisé du soir c'est 15 minutes sur le chassé croisé des vacances et les centaines de kilomètres de bouchon , c'est dix minutes sur le chiffre d'affaire réalisé par les professionnels des loisirs, le temps qu'il fait, la rubrique des chats écrasés et deux minutes sur Gaza en précisant "attention certaines images peuvent choquer les enfants" sous entendu : parents si vous voulez que vos enfants se couchent sans être traumatisés par l'horreur, dites leur d'aller jouer dans le jardin ! on pourrait leur dire aussi parlant des colonies en Cisjordanie que ce sont des colonies de vacances ! la morale serait sauve, au diable le mensonge.... c'est pour leur bien après tout !

J'enrage aussi d'avoir vu notre Président de la République déposer une gerbe dans un recueillement d'hypocrite là ou a été assassiné Jean Jaurès , cet homme si farouchement opposé à la guerre. Oui je dis que c'est une hypocrisie que venir là honorer l'homme de justice sociale et de paix alors qu'il a justifier l'intervention de l'armée Israélienne à Gaza, renvoyant dos à dos les protagonistes . C'est là une prise de position qui implicitement cautionne l'intervention des forces armées à Gaza

J'enrage encore de voir notre chef de gouvernement vouloir étouffer les sentiments de colère contre la guerre et la solidarité manifestée par un grand nombre avec le peuple palestinien en employant des arguments contestables tant sur le fond que sur la forme. Notre Pays en regard des principes fondateurs de la République mérite autre chose que cette politique à géométrie variable qui gangrène ses représentants et sa diplomatie ! Et puis quelle interprétation doit-on donner quand le premier ministre rencontre les "chefs religieux" pour calmer la tension en France ? Le conflit entre Israël et la Palestine dépasse le fait religieux, il relève du droit international et du respect, ou non, des résolutions de l'ONU .Non seulement notre premier ministre, plutôt que de calmer les tensions met de l'huile sur le feu en oubliant les principes de laïcité de la République !

Mon propos n'est pas d'afficher la prétention d'avoir la solution qui mettrait fin à un conflit qui n'a que trop duré, non, me considérant comme citoyen du monde se référant à l'histoire, je sais qu'aucun peuple ne sort "victorieux" d'une guerre car toute victoire demeurera une illusion tant que les nations ne banniront pas la guerre à tout jamais. C'est sans doute une chimère ? Peut être, mais surtout un défi que l'humanité doit lancer à la face de tous ceux qui ont la charge de nos destinées. C'est là une bataille que l'humain doit mener ! Voir des chefs d'état, cent ans après, célébrer le début de la grande guerre alors qu'aujourd'hui des hommes, des femmes, des enfants meurent toujours sous les bombes, je me dis qu'il y a quelque chose qui ne tourne pas rond dans leurs têtes ! Notre Pays regorge de lieux où reposent des hommes morts pour la gloire de ceux qui déclenchent les guerres, dire qu'ils sont morts pour la paix... est une connerie

Voir les commentaires

Publié le par naizinois
Publié dans : #billet d'humeur

Du temps où l'horloge du clocher des églises rythmait les tâches du quotidien des paroissiens, les pauvres bougres n'avaient nul besoin d'avoir une montre, pour savoir l'heure, il leur suffisait de s'en remettre au balancier du clocher . Maintenant, tous les nobliaux en puissance possédant quelques biens fonciers et ceux ayant des acquits sociaux culturels donnant le droit d'avoir une opinion et de figurer au registre des élites, d'organiser la vie sociale, portaient tous une montre; les plus modernes... au poignet , les conservateurs au gousset . Que les uns en soient démunis  n'était pas un problème, ils s'en remettaient au clocher ! par contre pour les autres ; sans doute parce que le temps c'est aussi de l'argent, la montre avait son utilité et à l'instar du clocher annonçant l'angélus et la prière, elle servait à définir le temps consacré au labeur et au repos des trimeurs! Bien sur la condition des uns et l'exigence des autres avaient la bénédiction du  locataire du clocher.

 C'est sans doute à partir de cet angélisme de nos campagnes que l'apolitisme ambiant souvent revendiqué par nos élites rurales est devenue la norme pour accéder au pouvoir et de se faire un nom..quitte à perdre son "âme" , à moins de considérer qu'une fois au pouvoir, la politique a du bon et que se plier aux règles de la subordination au plus puissant que soi est le prix à payer . Pour parodier Maurice Chevalier qui chantait : " et tout çà, ça fait d'excellents Français" , je dirai et tout çà  ça fait d'excellents godillots !! La qualité première du godillot étant de rester à l'ombre de son maitre , de ne rien faire et garder le silence .

Notre députée maire a tenu à se singulariser. Elle qui avait optée pour l'apolitisme afin de devenir Maire de la Chapelle Heulin et qui, pour devenir députée fut intronisée par les barons locaux du parti socialiste, s'est retrouvée de facto à gauche !.. aussi elle le fait savoir dans les colonnes du Nouvel Observateur en co-signant un texte avec neuf parlementaires de son groupe, saluant le pari audacieux de notre bon maître François qui veut instaurer  un Bad-Godesberg social démocrate à la française . Pour ceux qui ne connaissent pas  voici quelques éléments du programme dit de "Bad-Godesberg" il comporte principalement des mesures  telles que la renonciation au marxisme et l'introduction de références à l'éthique chrétienne, à l'humanisme , à la philosophie classique. Rejet de l'anticléricalisme, avec approbation de la collaboration avec l'église.  "Loyauté totale" à l'égard de la loi fondamentale de la RFA et l'utilisation de moyens démocratiques pour la luttes politique. " Libre concurrence et libre initiative de l'entrepreneur" reconnaissant ainsi l'économie de marché et abandonnant toute idée de nationalisation (sans abandonner pour autant le rôle de l'état) . Volonté de faire du SPD le parti du peuple toute entier, toutes catégories sociales confondues

En effet voilà un pari bien audacieux qui mérite d'être salué par la gauche incarnée par Madame la députée et comme si ce programme d'outre Rhin ne suffisait pas on a droit à une explication de texte : nos patrons comme nos syndicats ne partagent ni la culture industrielle, ni le sens du compromis allemand ! ces organisations sont si peu représentatives ! Quelques conseils au Président : il faudra débusquer le superflu.... pour la recherche des 50 milliards d'économies à réaliser sans doute ? sont citées aussi les dérives et abus de nos dépenses sociales .Concernant l'emploi il faudra s'attaquer à un ultime et redoutable tabou national : celui des rigidités d'un code du travail qui, de protecteur du salarié, est devenu un puissant répulsif pour l'emploi !  et de conclure "il faut essayer aujourd'hui toutes les solutions que nos retenues idéologiques, nos conservatismes et nos égoïsmes ont trop longtemps interdites à la France " Je ne sais pas si ce soutien sans faille fera plaisir au maître et à ses amis de la classe mais une chose est sure, si par conviction il lui venait à l'idée de faire carrière en politique qu'elle ne change rien car les audacieux ne sont pas toujours récompensés

Ouf  ! je me dis que nous avons échappés au pire dans notre commune , imaginons un instant que lors des dernières élections municipales Sophie Errante soit déjà entrée en politique ? Rendons grâce au futur Maire de notre commune qui a la sagesse de conduire une nouvelle liste apolitique sur laquelle figure Madame la Députée, qui loin des turpitudes de la chambre pourra venir se ressourcer au pays où on ne fait pas de politique !!

 

 

Voir les commentaires

Publié le par naizinois
Publié dans : #billet d'humeur

 

Pauvre François tu n'as pas à rougir de tes exploits extraconjugaux ! après toutes les emmerdes que te procure ta fonction et les foudres de la part des intronisés  en politique et autres pensionnaires des palais lambrissés de notre chère République, qui au demeurant , n'est plus à un cocufiage près, je comprends très bien que tu puisses en avoir vraiment plein les gonades ! Comme me disait un vieux militant du livre CGT, pas macho du tout, pour éclaircir les situations épineuses, mieux valait affronter l'adversité en ayant les couilles vides et la tête débarrassée de ces pulsions sexuelles qui, à part chez  les curés où la choses demeure un mystère, détournent l'esprit et finissent par vous faire dire n'importe quoi ! voire promettre des choses que... même le Père Noel en rougit !  Pauvre François , moi qui suis du peuple et qui sait qu'une bite en colère ne reconnait ni père ni mère ! continue d'escalader le mont de Vénus, et si d'aventure cela soulage ta libido , il se pourrait qu'il te revienne à l'esprit que le peuple existe et qu'il y a un temps pour tout !! A moins d'avoir la prétention de pouvoir baiser tout le monde, s'agissant du peuple mon cher François, la tâche relève des rapports forcés et rappelle toi que par excès d'amour où d'enculages  tout peut finir en tête à queue !! Bien le bonjour et vive le printemps .

Voir les commentaires

Publié le par naizinois
Publié dans : #billet d'humeur

Le pouvoir et l'envie de pouvoir ..... une obsession qui conduit parfois au reniement de bien des principes au noms des quels des hommes et des femmes se battent pour y accéder

 

Quand le corps humain fut créé, toutes les parties de ce corps voulurent en être  le chef ... Le cerveau déclara que donnant les ordres et réfléchissant pour tous, il était normal qu'il soit considéré comme chef    Les jambes ne furent point d'accord, faisant valoir que grâce à elles, tout le monde se déplaçait et que sans elles, le corps serait qu'un objet inerte.....Les yeux pour leur part, déclarèrent que le rôle de chef leur revenait de droit, vu que ce sont eux qui évitent les obstacles et les dangers.....Et ainsi de suite, tout le monde faisait valoir ses qualités propres à être chef : le cœur, les poumons et même....l'anus ! tout le monde rit, prétendant qu'un anus ne pouvait pas être chef.        L'anus se fâcha, se referma et refusa de fonctionner.      Après quelques jours le cerveau souffrit, les jambes flageolèrent, les mains restèrent pendantes et même le cœur et les poumons demandèrent grâce ......Tout le monde demanda alors au cerveau que l'anus soit déclaré chef ! ce qui fut fait ... tout refonctionna  normalement et l'anus joua au chef .......Moralité.....Il n'est nul besoin d'être un génie pour être chef....il suffit parfois d'être un "parfait trou du cul"

Voir les commentaires

Publié le par naizinois
Publié dans : #billet d'humeur

Ces derniers jours on a beaucoup parlé des Bonnets Rouges et si je retiens une image contrastée de leur mouvement, en s'attaquant aux portails de la société Italienne Ecomouv ; ils ont mis en lumière un scandale qui jette un trouble chez nos hommes et femmes politiques de notre Pays. Ne serait-ce qu'à ce titre nous pouvons bien les remercier ! J'avoue que c'est assez jubilatoire de voir l'élite Sarkosienne se contourner dans tous les sens pour expliquer l'inexplicable! Ce n'est pas facile en effet de cacher un acte de forfaiture en regard du service public ayant en charge la levée des impôts. C'est toujours  difficile aussi d'expliquer que la solution du moins-disant à été retenue selon des critères de rentabilité et d'économie et d'avoir attisé les braises de la révolte alors que les bretons....dénonçaient ces pratiques, en mettant le feu aux portiques de la société Ecomouv... (qui se mettra de toutes manières plein les poches !)  Comme aurait dit mon ami Guy... ils ont bonnes mines tous ces haricotiers!   Maintenant que faut-il penser de notre gouvernement et de sa majorité qui s'époumonent à crier au scandale ? A Bercy personne ne connaissait les conditions d'attribution du marché et les termes du contrat ? C'est un peu gros et difficile à avaler . Toujours est-il, s'ils avaient commencé par dénoncer ce scandale avant de mettre en application les décisions de l'ancien locataire de l'Elysée, on peut parier que les portiques de la révolte seraient toujours dans leur caisse, du moins pour un bon bout de temps encore !!

Voir les commentaires

Publié le par naizinois
Publié dans : #société

En Bretagne un calme relatif succède à la tempête et l'heure serait à la concertation. Encore que.. il ne faut pas parler trop vite car le vent de la révolte continue de souffler sur les cendres des brasiers bretons encore chauds, des flammèches pourraient bien s'en échapper et  incendier d'autres régions. Toujours est-il qu'aujourd'hui, les portiques de la colère sont démontés ou brûlés Le tumulte de ces derniers jours continuera d'alimenter les discours des uns et des autres...voici venu le temps des " faudrait faire, des y a qu'à faire, il aurait fallu faire ! D'un côté ceux qui, à partir une vision rationnelle des causes de la "révolte des Bonnets rouges" et de l'autre côté les victimes de ces causes ,  ceux qui se battaient pour une meilleure condition de vie, pour affirmer qu'ils existaient et qu'il fallait les entendre. Le désespoir, le dénuement la colère engendrent des comportements irrationnels propres aux révoltes spontanées .

Mon propos n'est pas de porter un jugement sur le fond de la crise que traverse le monde de l'agroalimentaire.; cela ne veut pas dire que j'ai pas d'opinion sur la question, aussi je me conterai de dire que l'unicité apparente des "bonnets rouges" n'est qu'illusoire, tous n'ayant pas les mêmes intérêts. Je dis aussi que les jugements à l'emporte pièce sont révélateurs du peu de considération des hommes politiques et des médias envers ceux qui souffrent Je suis né en Bretagne, de parents bretons et je demeure breton de cœur. Tous les commentaires entendus ici ou la sur les bretons et une prétendue spécificité de la Bretagne me fait réagir : Le modèle breton ça veut dire quoi ? un exemple à suivre ? ou ce qu'il ne faut pas faire ? A entendre certains il tiendrait du ralliement spontané des Sénans à l'appel du Général De Gaulle et qu'en remerciement celui ci aurait mis en place une politique de développement de la Bretagne. Un gage de reconnaissance fort louable mais qui cache une autre réalité. Certes il faut lui attribuer une évolution considérable des moyens structurels en matière de développement, mais De Gaulle n'a jamais défini sa conduite des affaires sur des principes de reconnaissances particulières . Déjà reconnaître un caractère propre à une région est en contradiction avec le principe d'universalité de la République. Je ne crois pas que le Général De Gaulle voyait la chose sous cet angle ! D'autres font référence à Anne de Bretagne Contrairement à une croyance populaire, la gratuité des routes en Bretagne n'est pas due à Anne de Bretagne, mais au lobbying du Comité d'étude et de liaison des intérêts bretons (Celib) créé en 1950. Dans le contexte de l'après guerre il s'agissait de promouvoir le développement économique et l'identité de la Bretagne Le plan breton proposé par le Celib dans le cadre du deuxième plan français d'aménagement du territoire est mis en place par le comité interministériel d'aménagement du  9 octobre 1968, qui valide la création d'un réseau quatre voies moderne, sans péages, destiné à compenser la géographie péninsulaire bretonne .Bénéficiant du plan Marshall l'essor industriel a pris son envol. En 1961 Citroen inaugure sa nouvelle usine à Rennes en présence du Général De Gaulle. Au fil des ans, à l'instar des travailleurs de l'hexagone, la classe ouvrière bretonne sera sous l'emprise du patronat, aussi parler d'un modèle breton n'est que de l'enfumage ! du moins à ce niveau.

Tenant compte que de mon propre raisonnement et de mon vécu, j'ai du mal avec tous ces discours sur le caractère des bretons, bornés, têtus, fiers, courageux, ce sont là des qualitatifs qu'on peut attribuer à tout le monde et en toutes circonstances. Quand ils viennent corroborer un récit, une histoire particulière on peut leurs attribuer un sens par contre en regard du mouvement des bonnets rouges et de ce qu'on peu lire dans les médias et sur les réseaux sociaux, je m'interroge sur les intentions et les objectifs de ceux qui poussent à la révolte en mettant en avant une "prétendue" identité bretonne ? au demeurant admettre et mettre en valeur le fait que les victimes et leurs bourreaux seraient représentatifs de cette identité ne sert pas leur cause, au contraire ils remettent en lumière le côté "Bécassine" attribué aux bretons qui ont dû s'exiler dans la capitale dans les années cinquante ! Pour l'observateur que je suis, quand je vois les grands patrons de l'agroalimentaire souffler dans le clairon de la révolte avec la bénédiction de la  fdsea, je trouve la situation un peu paradoxale ! .A contrario quand des représentants des petites et moyennes entreprises, des commerçants, de l'artisanat  emboitent le pas des manifestants, ils sont bien à leur place étant eux aussi touchés par les fermetures d'usines. En définitive le combat pour la justice sociale et le droit aux travail, etc, se justifie partout là où la nécessité oblige, quand il se mène à partir d'objectifs communs, l'unité demeure son élément moteur malgré la diversité de ses composantes

 

Aujourd'hui quand on évoque l'agriculture en Bretagne c'est pour pointer du doigt l'élevage intensif du porc et des poulets et sur les conséquences au plan environnemental. Le paysan serait-il le seul coupable ? ou pour reprendre une formule bien connue... responsable mais pas coupable ? Je ne suis pas un spécialiste en matière environnementale, ni des techniques d'élevage mais considérant que les problèmes qui font l'actualité ne sont pas nouveaux, je peux apporter un témoignage sur la question .Dans les années 50 il y avait dans ma commune; à vocation agricole, qu'une dizaine de fermes de plus de trente hectares et les autres (je ne peux dire le nombre) allaient décroissantes de trente à cinq hectares et puis il avait des ouvriers agricoles qui possédaient autour de leurs maisons des petits lopins de terre, juste de quoi élever une vache et un ou deux cochons par an, quelques lapins et poules. Un bon nombre de ces ouvriers n'étaient pas gagés et pour subvenir aux besoins du ménage ils devaient partir faire la saison des betteraves dans le nord est de la France ou celle du blé en Beauce  Pendant leur absence les femmes devaient s'occuper de la vache, des cochons, des poules et à ça venaient s'ajouter les tâches ménagères et la charge d'élever les enfants souvent nombreux. C'était pas la misère mais ça lui ressemblait quand même un peu ! Certains ont eu l'idée d'élever des poulets, opération rentable sans doute car du jour au lendemain on a vu des poulaillers montés de bric et de broc fleurir un peu partout. L'investissement n'était pas énorme, des croûtes de pin, quelques madriers, des voliges et du papier goudron pour la toiture du poulailler, une couveuse marchant aux boulets de charbon ou au gaz. Les poussins achetés étaient, selon les convenances, payables après la vente du lot de poulets, il en était de même pour la nourriture qui provenait de la coopérative agricole de la commune Personne ne faisait fortune mais c'était mieux que de cavaler après le travail et tout le monde avait une vie de famille à peu près normale. Les choses ont commencé à changer quand l'offre était plus importante que la demande et le prix au kilo proposé par les grossistes était à prendre ou à laisser . Contraints de laisser partir leurs poulets à un prix qui ne couvrait plus les dépenses, les éleveurs avaient deux solutions soit laisser tomber ou répondre favorablement aux propositions des marchands de farine animale. La formule était simple, l'éleveur n'avait rien d'autre à faire que de soigner ses volailles, pour le reste ils s'occupaient de tout...ils fournissaient les poussins, l'aliment, et garantissaient la vente des poulets ! il suffisait de signer un contrat liant les deux parties. Beaucoup ont signé ce contrat qui laissait la part belle aux marchands de farine car comme souvent, il y avait un avenant qui stipulait que le contrat garantissait l'équilibre entre le prix de revient et le prix de vente au kilo et par lots. Un marché de dupes et des pauvres bougres qui ont trimés pour une poignée de haricots des ans durant selon la durée des contrats établis y ont.laissé leur peau et leur santé. Les éleveurs ayant eu une mortalité importante sur un lot; les poussins et les coûts de nourriture post mortem restants dus, ont fini par devoir de l'argent aux fournisseurs  La "ruée vers l'or" a été de courte durée, une dizaines d'année toute au plus. Nonobstant le fait que des gens aient été spoliés financièrement, moralement, sans parler des conditions de travail et des risques énormes pour leur santé, les années 50 auront été un champ d'expérimentation quant à l'introduction des hormones dans les farines animales pour les maisons Sanders et Guyomarch. Ces deux firmes se partageaient le monopole de la distribution sur toute la Bretagne. Si leurs productions avaient une large destination vers l'aviculture, elles alimentaient aussi les élevages  de porcs et de lapins. Aujourd'hui ces entreprises familiales sont devenues des grands groupes et rayonnent sur toute la France et au delà des frontières, ils continuent d'engranger d'énormes profits et qu'ils aient contribué à empoisonner lentement les consommateurs à l'insu des éleveurs ne les empêche pas de dormir. En 1958 j'avais quatorze ans et je travaillais au poulailler pour aider ma mère. Je tiens ici à vous faire part d'une pratique initiée par la maison Guyomarch : on appelait ça le chaponnage ! son but était , selon le représentant de commerce, qui faisait aussi fonction de conseiller, d'activer l'appétit du poulet ! L'opération débutait par l'injection d'une pastille cylindrique d'un centimètre dans le cou de l'animal . Ensuite il fallait lui couper les ongles pour éviter qu'ils se blesse, il fallait aussi changer d'aliment pour une nourriture plus riche. Bien entendu les pastilles miracle étaient fournies par le représentant.  C'est vrai que ça tenait du miracle car les poulets mutilés ne bougeaient plus et passaient leur temps devant les mangeoires, grossissant de jour en jour ! Il était aussi recommander de respecter un délais de trois semaines entre l'opération de chaponnage et le départ du poulet pour l'abattage, le temps nécessaire sans doute pour la dilution du produit dans le corps du poulet. Ce délais n'était pas toujours respecté car en fonction des besoins du marché, il n'était pas rare de voir partir les poulets dix ou quinze jours après l'opération de chaponnage. Ce qui se passait en Bretagne à cette époque se passait également dans d'autres régions et à la même échelle. Je dirai simplement  que c'était une stratégie qui à conduit à l'élevage hors sol qui se développera plus tard en Bretagne de manière exponentielle, sans aucune prise en compte d'éventuelles conséquences environnementales ni des risques alimentaires...mais ça c'est une autre histoire !

 

Voir les commentaires

Publié le par naizinois
Publié dans : #billet d'humeur

entendu ce matin sur France Bleue Loire Océan : une vente aux enchères des mégots de Serge Gainsbourg se déroulera cet après midi à Nantes . Gageons que , l'offre suscitant la demande, le commissaire priseur trouvera des acquéreurs . Je dois reconnaitre que celui qui a eut l'idée de faire la collecte des mégots de gitanes de Gainsbourg, fait partie de ces visionnaires qui savent tirer profit de la cupidité des consommateurs de l'inutile. On peut me dire que cela ne me regarde pas et que chacun est en droit de faire ce qu'il veut avec son pognon. C'est vrai et après tout si on commence à faire commerce avec ce qu'on trouve dans les cendriers, il reste les poubelles... voire les chiottes de nos stars préférées.

Maintenant ce commentaire n'engage que son auteur  C'est juste pour dire que tout peut se vendre, le pire et le meilleur, le vrai et le faux, l'utile et l'inutile.....oui tout peut se vendre....." au prix du vendeur malgré le vendu" !

 

Voir les commentaires

Publié le par naizinois
Publié dans : #société

oui ce 18 mars 2012 fut un grand jour et en rédigeant ce petit billet la même émotion m'habite. Est-elle partagée par un aussi grand nombre aujourd'hui ? Je me souviens que le lendemain j'étais encore sur cette même place à attendre le premier métro le cœur plein d'espoir, espoir qu'enfin le peuple de gauche, le peuple républicain, était en mouvement. Sur cette place de la Bastille nous étions 80 000 manifestants unis dans la concorde à affirmer que d'autres lendemains étaient possibles....l'humain d'abord !  Nous nous étions donnés rendez vous avec l'histoire , notre histoire, celle écrite par le peuple de France pour le peuple de France ! nous représentions le Peuple et notre bannière était le  fdg . Au-delà de la multitude des drapeaux des uns et des autres, du talent tribunitien de Jean Luc Mélenchon qui a su trouver les mots justes et donner cet élan qui galvanise les foules, la constitution du fdg est devenue une réalité.

Le matin du 19 mars la place de la Bastille était vide de monde, il ne restaient plus que des guirlandes étoilées accrochées aux arbres, des autocollants et des tracs gisant sur le pavé parisien . Que reste t-il de cette journée du 18 mars ? Que reste t-il des grands rassemblements qui ont précédés cette journée ? Des divergences politiques incontournables ? Le fdg avec son programme l'humain d'abord est-il toujours un "outil" pour une transformation réelle de notre société ? Allons nous le remettre en cause pour des questions de forme quant à la stratégie à adopter lors des échéances électorales à venir ; car c'est bien de cela qu'il s'agit .

C'est quoi cet acharnement à vouloir concentrer le débat sur le positionnement des communistes parisiens ? Personnellement je suis en désaccord avec cette décision prise démocratiquement et je la respecte. Maintenant  quand je lis ici et là sur des réseaux sociaux qu'il faut exclure le pcf, je me demande si tous ces "camarades" ont bien une vision lucide sur le pouvoir d'action d'un fdg sans le pcf et ses militants ! A l'exception de la capitale, 2 ou 3 villes de plus de 20 000 habitants, des communistes ont fait le choix de reconduire des listes d'union avec le parti socialiste. Il n'en demeure pas moins qu'une très grande majorité des communistes se sont prononcés pour des listes autonomes dans tout le pays .

Plutôt que tous ces appels au sabordage du fdg, mieux vaut garder son énergie et mettre toutes les forces dans la bataille pour sa promotion ! Il faut arrêter de penser que, seules les élections municipales dans les grandes villes ont de l'importance .Lors du rassemblement à la bastille nous étions plus d'une centaine en provenance du vignoble nantais, étant sur le terrain, j'affirme que c'est un évènement en soi Pour en finir je précise, qu'il est inutile de répondre aux invectives et qu'il n'y a pas de sauveur suprême, ni à droite, ni à gauche ! que vive le Front De Gauche !!

Voir les commentaires

1 2 3 4 5 6 > >>

Articles récents

Hébergé par Overblog

Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog