Overblog
Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Le Naizinois

Le Naizinois

un autre regard....une expression libre , le débat citoyen permanent

Publié le par naizinois
Publié dans : #billet d'humeur

Mon cher journal je m'adresse à toi aujourd'hui, toi pour qui j'ai toujours manifesté un attachement particulier, d'abord en tant que militant communiste et aussi militant du syndicat du livre CGT. Il est déjà loin le temps où j'avais le privilège de te lire alors que l'encre de tes pages n'était pas encore sèche. Donc, je m'adresse à toi pour te dire mon incompréhension quant à ton silence sur le rassemblement des opposants au transfert de l'aéroport de Nantes Atlantique à Notre Dame de Landes les 9 et 10 juillet 2016. Un fâcheux oubli ? Ou sujet inopportun ? Pourtant la fête fut belle ! Près de 25000 personnes sur les deux jours sont venues fouler la prairie et profiter de l'ombre des haies bocagères qui vont être détruites au profit d'un projet bétonné largement contesté, malgré le oui majoritaire au niveau du seul département de la Loire Atlantique. Au demeurant et tout à fait entre nous, cette consultation restera un déni de démocratie participative, mais là n'est pas mon propos et il serait mal malvenu de t'en rendre responsable après tout tu n'es qu'un journal, pas n'importe lequel je te le concède et puis, sans l'encre et la plume, tu es condamné à la page blanche! C'est dommage, aussi, comme personne ne t'en a parlé je me permets de te livrer en vrac mes impressions et mon ressenti.

J'avais fait le choix de m'y rendre seul à cette fête en me remettant au hasard des rencontres. Je ne sais trop pourquoi mais en arrivant sur le site de la fête et en voyant toutes ces banderoles appelant à la lutte, la détermination du public, l'accueil convivial dans les stands, l'annonce des débats à la sono, je me suis dit qu'il flottait un parfum de fête de l'huma. Toutes proportions gardées bien sur ! Mais quand même, je me suis attardé au stand de la CGT avant de saluer des militants FDG du Morbihan qui avaient élu domicile juste à côté de la Fédération du PCF de Vendée. A deux pas il y avait aussi le PG et un point rencontre avec la France Insoumise. Dans une autre allée le stand du NPA ; encore plus loin c'est la Confédération Paysanne 44 et puis le CIVAM de Loire Atlantique et le GAB 44, Terroirs 44 et bien sur... on tombe sur COPAIN (Collectif des Organisations Professionnelles Agricoles INdignées par le projet d'aéroport) Dans mon exaltation j'allais oublier le stand de l'ACIPA, association emblématique des opposants au projet. Un peu de marche à pied et se dressent devant mes yeux, neuf chapiteaux dédiés aux débats, à l'intérieur ça discute, ça revendique, ça propose, ça s'organise, ça "utopise" aussi !Tu sais toi, tu en parles souvent de ces rêves qui sont devenus réalité et autant de victoires de la classe ouvrière, des citoyens, du peuple. Trois heures plus tard comme il est temps de reconstituer ma force de travail et ma capacité de réflexion, je me rends dans l'espace cantine où on se restaure en dégustant les produits locaux selon ses moyens : le consommateur fixe le prix et s'il n'a pas un sou vaillant en poche il peut quand même manger ! Et tout ça avec en prime une animation artistique assurée par des intermittents du spectacle ! De quoi oublier un instant le monde dans lequel nous vivons, tu ne crois pas ? Autre chose non négligeable, j'ai pris le temps d'observer le profil du public , force est de constater la présence en grand nombre de la jeunesse , une jeunesse qui ne se reconnait pas dans les débats politiques stériles qui atomisent les valeurs pour lesquelles elle s'engage, pose des actes en adéquation avec leur désir de vivre dans une société respectueuse de l'environnement, des être humains.... Enfin je ne vais pas t'en faire un chapitre car tu en parles à longueur de colonnes

Alors mon cher journal pourquoi cette chape silencieuse sur cet évènement ? Oh j'ai bien une petite idée sur la question et ne te blâmerais pas outre mesure, et en osant même croire à l'exercice de nulle contrainte à ton encontre ! Selon celui qui a la lourde charge d'assurer ton devenir m'a fait savoir que tu vis des moments difficiles, sans doute ! Mais ce n'est pas nouveau et je souhaite du fond de ma conscience que tu retrouveras une meilleure santé

PS : quand ton directeur dit :"Le combat autour de la nécessité du pluralisme comme composante de la démocratie doit reprendre de la vigueur " je suis d'accord avec lui ! Mais là j'ai du mal à comprendre pour le coup

Voir les commentaires

Publié le par naizinois
Publié dans : #société

~~Une bien belle journée que ce dimanche 5 juin ! On oubliera le retard d'un camarade ; contrariant en cela le moment du départ, quand deux heures plus tard, à l'occasion de la pause café nous nous sommes retrouvés avec les passagers des deux cars de Loire Atlantique en route pour un rendez-vous avec la France insoumise et Jean Luc Mélenchon place de Stalingrad.

 Difficile de parler de ce rassemblement sans évoquer un autre , celui de la Bastille en mars 2012 où JLM était le candidat du FDG. Sur cette place hautement symbolique nous étions des milliers et des milliers pour réaffirmer notre adhésion aux principes fondateurs du FDG et à son programme l'humain d'abord. Le FDG devenait une réalité et entrait dans l'histoire. Combien dans cette multitude ont cru que nous étions à l'aube d'une révolution citoyenne et que d'autres lendemains étaient possibles avec une gauche progressiste enfin réunie ? Que reste t-il de cette journée du 18 mars ? Les bonnes résolutions, l'espoir, la concorde ? Au gré des tempêtes politiciennes et des stratégies d'alliance le FDG est devenue une coquille vide ne servant que pour des opérations de communications pour les partis politiques qui s'en réclament . Partant du constat que le FDG en Loire Atlantique dispersait plus qu'il ne rassemblait, des militant-es ont crée, organisé l'association Place au Peuple FDG 44 avec pour objectif le dépassement les contraintes partisanes et les logiques de parti , favoriser une ouverture en direction des non-encarté-es , donner la parole au peuple, tant pour exiger le respect des engagements de ses composantes que la promotion de ses valeurs originales à l'échelle du département. Il est encore trop tôt pour savoir si l'action de notre association aura été profitable au FDG en Loire Atlantique, par contre on peut affirmer que les partis politiques n'ont pas fait preuve d'enthousiasme à son égard ; avec une notion particulière au PCF 44 qui, par la voix de son secrétaire nous accuse d'être un parti politique et engage des procès d'intention à l'égard des camarades communistes adhérents de PAP FDG 44, ce qui en- soi relève d'une malhonnêteté intellectuelle et politique. Rien dans les statuts n'interdit l'adhésion de ses membres à une association populaire. Il est vrai par contre qu'aucune question n'est tabou car nous ne saurions nous contenter des non dits et la mise sur le côté des dossiers qui font débat localement, NDDL pour ne pas le citer ! Notre association s'est prononcé contre ce projet après en avoir débattu en assemblée et en regrettant le positionnement du PCF, ceci dit que chacun assume ses choix, pour l'heure PAP FDG 44 milite pour le non au référendum sur la question, quant au PCF il s'investit sans compter pour le oui et en se faisant l'allié objectif de la nouvelle majorité régionale qu'il combat !!

Que le FDG ne veuille plus dire grand chose dans l'opinion publique c'est devenu une évidence et les primaires à gauche de la gauche confirment cette impression. Le rassemblement populaire citoyen, proner par Pierre Laurent, devrait déboucher sur l'élaboration d'un "programme" et une nouvelle union à vocation majoritaire pour les prochaines élections . La question du candidat se règlera en fonction des doléances exprimées lors d'une votation citoyenne ! En fait on reprend le processus , à quelques nuances près, de l'initiation du FDG et la question du candidat reposera les mêmes problèmes . JLM à décidé d'être candidat sur la base du programme "l'humain d'abord", revu et corrigé, pour 2017 en réaffirmant sa volonté de convoquer une assemblée constituante et passer à la sixième république et une nouvelle constitution écrite par le peuple , pour le peuple , s'appuyant en cela sur le mouvement " la France insoumise" et plusieurs dizaines de milliers de signatures de soutien. Cela fait-il de lui le candidat légitime de la gauche ? La question est posée à tous ceux qui restent fidèles à l'esprit du FDG , encarté-es où pas.

PAP FDG 44 était largement représentée au défilé des insoumis du 5 juin, notre présence résultait d'un choix individuel , pour dire haut et fort que l'humain d'abord et place au peuple ne sont pas que des slogans électoraux, ils demeurent les éléments moteur du processus révolutionnaire issu du FDG . Force est de constater que JLM reste fidèle à ses engagements . L'homme séduit , irrite , ne renonce pas , engage son action avec le grand nombre et sa durée dans le long terme. A chacun de se faire une idée, des choix. Le sauveur suprême ( à condition qu'il existe et j'en doute) ne sera pas JLM , pas plus que PL ou CA , qui sais-je encore ? Non, c'est NOUS ...à condition de le vouloir . Résistance et insoumission citoyenne......Des mots, un cri qui résonnait dans nos têtes sur le chemin du retour en Loire Atlantique.

Voir les commentaires

Publié le par naizinois

Nouvelles d'hier et d'aujourd'hui

Le mensuel édité par la Fédération de Loire Atlantique du Parti Communiste Français consacre un supplément à l'intention de ses lecteurs à l'occasion de la parution du millième numéro . Initiative fort louable que je salue sur la forme mais qui m'interroge sur le fond. Ce journal présenté comme étant celui de tous les communistes du Département ne reflète pas le débat interne quant aux raisonnements contradictoires, souvent récurrents, à savoir : le dossier de NDDL et les relations PCF/FDG localement . Le propre d'un journal d'opinion étant d'informer et d'établir une relation objective avec ses lecteurs et les militant-es , force est de constater que les Nouvelles de Loire Atlantique demeure un moyen de propagande au service des élus et de la Fédération du 44 faisant peu cas du débat démocratique. Ce n'est pas le millième numéro qui dérogera à la règle avec le jeu des questions/ réponses du secrétaire départemental. Quand Aymeric Seassau déplore que des adhérents du département ont fait le choix de construire avec d'autres, une nouvelle organisation politique contraire aux règles de vie collective et aux choix de congrès du PCF, le journal aurait été bien inspiré de lui poser la question du pourquoi , voire consacrer un peu de temps pour l'investigation et un espace de réponse à ces adhérents ! Peut être que dans un futur, les lecteurs du journal auront les informations nécessaires à la compréhension ? Mais pour l'heure il est bon de rappeler que l'organisation politique (Place Au Peuple FDG 44 ) a pour but de prolonger l'esprit du FDG et réactualiser son programme ; en adressant d'abord son action aux partis politiques qui s'en réclament, au monde associatif et syndical, aux citoyen-nes du Département. Son objectif : un rassemblement le plus large pour un changement en profondeur défini par son programme l'humain d'abord. Un bon nombre de communistes ayant fait le constat que l'espoir naissant du FDG restait lettre morte au niveau de la population et qu'il en était de même au PCF est la raison pour laquelle ils se retrouvent, que je me retrouve dans cette association. L'élan du FDG n'aura pas peser lourd ni résister à la stratégie d'alliance du PC avec le PS en Loire Atlantique . Il n'est pas de bon ton non plus d'émettre une opinion, un avis contraire ; les menaces , les pressions en guise de conclusion sont monnaie courante. C'est pour ces raisons, à tort où à raison, que j'ai rendu ma carte d'adhérent car le déni de démocratie, le dirigisme en politique et le caporalisme me sont insupportables .

Aujourd'hui la question d'un grand rassemblement à gauche de la gauche est en débat, quid de l'originalité du FDG ? Que peut on espérer des Frondeurs du PS ? A mon avis rien ! ils ne font que manipuler l'opinion publique avec cette idée de primaire pour les présidentielles alors que le véritable enjeu reste les législatives et la consolidation du PS mise en danger par le gouvernement actuel . P Laurent devrait savoir qu'il ne suffit pas de branler le manche mais de changer d'outil ! Tout le monde s'accorde à dire que le succès de la gauche ne se fera pas sans un grand rassemblement et l'adhésion populaire à son programme, aussi les partis politiques doivent intégrer la nécessité de revoir leur mode de fonctionnement et leur rapport avec le peuple qui considère les promesses comme de la poudre aux yeux ! Peut être que lui donner des raisons et l'envie de se battre pour quelque chose plutôt que contre, dans un combat inégal et sans fin ! Rien de moins de ce que prônait l'humain d'abord !! C'est ce que disait JLM dans son discours place de la Bastille, devant une foule immense qui croyait que le FDG pouvait changer son destin !

Voir les commentaires

Publié le par naizinois
Publié dans : #mes chroniques

 Sans préjuger de quoi demain sera fait , je ne sais pas pourquoi qu'aujourd'hui l'image d'un traîne- savate ravive ma mémoire . Cet homme, maître carreleur de son état, compagnon du tour de France à titre de noblesse, aura été sans le savoir, mon professeur de philosophie particulière . Après bien des vicissitudes d'un parcours d'une vie ouvrière et le coup de pouce du mauvais génie, son périple l'a conduit aux portes de clochardisation. Histoire banale , un couple qui se déchire , la séparation, le refuge dans l'alcool et autres artifices qui entretiennent les illusions et l'alternance de la raison à la déraison. Cet homme malgré sa mauvaise fortune n'a jamais perdu sa bonne humeur , son élégance ni son savoir faire et encore moins le sens du respect aux autres afin de continuer à vivre dans un monde qui n'était plus le sien . Je me souviens qu'il se prénommait Jean , mais ça tout le monde l'avait oublié pour ne retenir que Poil d'oeuf , sobriquet de mauvais goût propre à l'imagerie et la férocité populaire . Qu'on l'appelât ainsi il s'en fichait comme de sa première chemise préférant dire que ses cheveux en l'abandonnant, lui avaient fait preuve de beaucoup d'ingratitude Lors de notre première rencontre dans un petit bistrot où beaucoup de bretons exilés en région parisienne venaient tuer le temps les dimanches après midi, Jean vint à ma rencontre en me disant ceci : Mon ami, étant en cet instant, financièrement dépourvu, pourriez vous m'avancer quelques pièces de monnaie, histoire de satisfaire à des besoins alimentaires ! D'abord surpris par l'emploi de la deuxième personne , étonné aussi par ce langage alambiqué auquel je n'étais pas habitué, j'ai toute suite pensé être tombé sur un de ces personnages pas ordinaires qui, selon les recommandations d'usage avant le départ pour la grande ville, il fallait toujours se méfier. Ce conseil s'affichait aussi dans tous les lieux publics et s'adressait particulièrement aux jeunes garçons et filles de Bretagne en partance pour Paris. Au diable les conseils, grand seigneur s'il en est, j'ai avancé mille francs (anciens) avec la sensation de jouer au riche ! Quelques semaines plus tard ayant sans doute retrouvé l'équilibre sur le plan financier, Jean m'a invité à sa table, a honoré sa dette , nous avons beaucoup parler du temps d'avant, enfin, du temps où les gens l'appelaient Monsieur !

La dernière fois que nous nous sommes vu c'était en 1959, il est arrivé dans notre petit bistrot le visage tuméfié et un bras en écharpe; un accident idiot m'a t-il dit, sans plus de détails ! en fait j'ai appris plus tard qu'un maraicher l'avait embauché pour des travaux de carrelage dans sa maison de campagne quelque part en Sologne. Une fois le chantier terminé il a attendu en vain qu'on vienne le rechercher. Alors il est parti sur la route, à pied sans un sou en poche . De retour à Bobigny il est allé réclamer son dû chez le maraicher qui en guise de salaire l'a foutu dehors après l'avoir battu comme un chien enragé. Cette histoire n'a pas fait la une des journaux car Jean avait choisi de garder le silence et l'ignoble crapule allait s'en tirer à bon compte, enfin presque car un soir de juillet des passants ont appelé police secours pour récupérer un homme qui se tordait de douleur devant une porte cochère ; son visage ensanglanté et quelques bosses sur son front laissaient à penser qu'il avait été victime d'une agression sauvage ! Cette affaire là n'a pas fait non plus la une des journaux et les abonnés aux rubriques faits divers seront resté sur leur faim.

Voilà le temps a passé, qu'est-il devenu mon ami Jean ? J'aime à penser qu'il aura connu une fin heureuse et gardé sa dignité malgré les stigmates infligées par la vie. Aujourd'hui étant un autre temps il ferait partie de ceux qui vivent dans la rue et qu'on nomme à tort SDF; statut attribué aux gens du voyage qui eux avaient pour domicile fixe soit roulotte ou une caravane ! Complexité du langage usité ou volonté de travestir la réalité ? Nonobstant la romance du marginal qui par choix, vivait libre de toutes contraintes dans la rue, le clochard était surtout victime d'un parcours de vie chaotique et d'une société qui ne s'en préoccupait guère. Les gens du voyages, dans leurs diversités culturelles, artisanales, artistiques n'ont jamais été des clochards ni reconnus comme tels par les services de l'état civil . Assimilation est un maître mot qui ne s'embarrasse avec le genre et la contradiction !

Voir les commentaires

Publié le par naizinois
Publié dans : #humour

En écoutant parler notre Président, un camarade me revient en mémoire. On voyageait ensemble dans la même voiture pour nous rendre au travail. Chaque jour la même galère, les embouteillages et surtout des travaux partout sur le parcours, c'était pas drôle mais au moins ça nous donnait du temps pour parler de tout et de rien et aussi parfois de réfléchir. Mon pote qui était du genre créatif et grand penseur a eut une idée lumineuse en voyant tous ces trous qui rendaient la circulation difficile ! Partant du constat que le besoin en trous pouvait être un marché porteur et compte tenu que c'était le temps passé à creuser, à évacuer la terre qui était la cause première des embouteillages, il se dit que celui qui ferait des trous à l'échelle industrielle, outre de régler les problèmes de circulation, ferait aussi fortune vu la demande ! Considérant que pour fabriquer un trou il n'y avait pas besoin de matière première, un investissement modeste en outillage suffirait, c'était décidé nous allions nous associer pour monter une usine à trous ! Rien qu'à l'idée de servir au bien commun et de devenir entrepreneur ça change un homme, ça fait pousser des ailes et permet les rêves les plus improbables, adieu le prolétariat que vive le patronat ! Pendant un temps les problèmes de circulation n'étaient plus les mêmes car on voit les choses sous un autre angle quand l'esprit d'entreprise nous habite. La suite de l'histoire est moins exaltante car fabriquer c'est bien, vendre pas de problème, un bel emballage et une bonne réclame, et selon le principe, tout se vend tout s'achète ! Mais comment stocker nos trous ? Car si un trou n'est rien d'autre que du vide il lui faut quand même beaucoup de place ! Et puis pour l'empilage comment faire ? En hauteur ? Dans se cas il faut résoudre un problème d'élévation ! En sous-sol ? Dans ce cas il faut faire un grand, un énorme trou ....et où le stocker avant sa mise en place définitive ? Finalement devant tant de questions et de problèmes à résoudre nous avons lâché l'affaire en espérant que d'autres victimes des embouteillages trouvent une meilleure solution !!!

Voir les commentaires

Publié le par naizinois
Publié dans : #billet d'humeur

 Chaque jour nous apporte son lot de désagréments, de souffrances, de satisfactions, de joies qui affectent notre quotidien en suscitant des réactions les plus diverses allant de l'acceptation de la chose à l'indifférence, de la colère à la révolte. Il suffit de surfer un peu sur les réseaux sociaux pour ressentir la confusion et le désordre qui règne dans la tête des gens. Les indifférents attendent s'en remettant aux autres pour agir, penser à leur place. Et puis les autres toujours plus nombreux qui disent qu'il faut changer radicalement les choses, que la République se meurt, que la démocratie est bafouée, déconsidérée par ses représentants qui pensent d'abord à leurs intérêts particuliers ! Et encore les autres qui mettent au même niveau tous les partis politiques, qu'ils soient de droite, de gauche, du centre où d'ailleurs ! J'avoue ne pas trop savoir penser de toutes ces certitudes, des contradictions qui alimentent les débats, qui au demeurant s'apparentent parfois à des règlements de comptes personnels avec sa propre famille politique ou syndicale. Sans porter un jugement péremptoire car les principes de vérités ont aussi leur part de subjectivité, je m'interroge quand même sur la contribution, la capacité des réseaux sociaux à rassembler, organiser la lutte pour un changement en profondeur de la société, en récusant le rôle des partis politiques et de leurs représentants. Les contributions des internautes expriment pour beaucoup des sentiments de colère de rage, de frustrations. Aussi légitime que soit la colère, elle est souvent le corollaire de la violence mais aussi de l'impuissance , quant à la révolte, si elle ne traduit pas un idéal, une pensée, elle ne conduit pas forcément à la révolution. Sans organisation le mouvement social est condamné à se battre contre un pouvoir en place, mais aussi nobles que soient les combats le rôle des politiques n'est pas à négliger, à condition bien sur qu'ils n'instrumentalisent pas les luttes à des fins partisanes, voire personnelles. Cela étant dit ce mode de communication, d'échange et d'information, libère la parole et traduit des ressentiments communs qui devraient interpeller ceux qui ont la fâcheuse prétention de parler au peuple où en son nom tout en agissant en fonction d'intérêts inhérents à leurs familles politiques. Pour faire court, il est urgent que la gauche dans son ensemble, fasse un effort considérable pour se sortir le cul des ronces et s'émancipe des stratégies d'alliances souvent en contradiction avec ses principes fondamentaux Le pire est devant nous , autour de nous, la misère, la peur, les craintes du lendemain alimentent la bête immonde qui ressurgit en France et dans une Europe qui s'enferme derrière des barbelés . L'industrie de guerre tourne à plein régime aussi plutôt que de débattre sur le sexe des anges, la gauche doit se reprendre en réaffirmant les valeurs qui la caractérisent et surtout, se mettre en ordre de bataille en parlant la même langue car à ce jour elle reste inaudible. Beaucoup des composantes du FDG s'accordent à dire qu'il est moribond, voire déjà mort et qu'il faut reconstruire l'édifice. Il faut s'interroger sur la véracité du constat mais aussi sur les intentions objectives et les motivations réelles des uns et des autres. Il ne suffira pas de ravaler la façade sans conforter les fondements car rien de durable ne peut se construire sur du sable mouvant. Les partis politiques qui portent la responsabilité et le devenir du FDG feraient bien d'envisager sa reconstruction en dehors du prisme des échéances électorales qui aujourd'ui, quelque en soit le résultat, ne changent en rien le quotidien des couches populaires. Il serait aussi de bon ton que les partis politiques accordent sans exclusivité, un statut de représentativité en droits et devoirs aux associations citoyennes, syndicales et autres. Donner la parole au peuple suppose qu'on soit attentif aux doléances mais aussi aux propositions, à l'intelligence collective et surtout, en acceptant la contradiction et la remise en cause des modes de fonctionnement des partis politiques. Si tout le monde s'accordent à dire que le FDG et son programme l'Humain d'abord doit être réactualisé alors faisons le sans le dénaturaliser car l'échec apparent émane surtout d'une incurie structurelle inhérente aux manœuvres politiciennes et la foire d'empoigne mortifère pour l'unicité de la gauche. C'est là un défi que les partis doivent relever pour rester crédibles aux yeux de nos concitoyen-nes , plus particulièrement ceux et celles qui rejettent le débat public et s'abstiennent lors des consultations électorales.

Le caractère propre à un parti politique, de droite comme de gauche, demeure. illusoire malgré ses valeurs intrinsèques s'il n'est pas en adéquation dans la pratique avec le projet qu'il est sensé porter. Le Parti Communiste Français en est la parfaite illustration. Malgré un rôle actif au cœur du mouvement ouvrier, pour de nouvelles conquêtes sociales, l'émancipation de la classe ouvrière, son rôle dans la résistance, l'élaboration du programme du Conseil National de la Résistance, la lutte anticoloniale...etc, il a perdu la confiance de son électorat historique

A l'échelon national les problématiques que sont les questions sociales et économiques, l'éducation, la santé, la culture, la sécurité et la paix internationale, l'écologie, sont englobées dans une bulle, enferrée au carcan de la mondialisation économique à la solde du système ultra libéral, nouvelle version du capitalisme international. Des forces de progrès contestent le système en affirmant que d'autres voies existent, sont-elles entendues ? leur vision partagée par un plus grand nombre ? Des raisons existent pour l'affirmer mais aussi, d'autres, plus factuelles pour l'infirmer. Plus que les stratégies d'alliances pour d'improbables résultats électoraux, c'est bien dans ce contexte que la questions de la pérennité du FDG est posée à tous ses composants. Que vont-ils en faire ? Continuer à nous enfumer avec des élections préliminaires de la gauche pour savoir qui sera le meilleur candidat aux prochaines présidentielles ? Quid du projet de la sixième République ? N'était-ce pas une idée force de l'humain d'abord ? L'assemblée constituante aux oubliettes ? Que de temps perdu pour l'écriture d'un mauvais scénario, avec une détestable mise en scène pour  la réalisation d'un navet ! Allons nous condamner à surfer sur un océan d'injustice, de misère sociale, de colère, de révoltes ponctuelles sans lendemain et rester dans l'incapacité de les canaliser vers, et pour, une transformation en profondeur de notre société, du vivre ensemble !

Les partis politiques ont leur raison d'être, ne serait-ce qu'en regard de la démocratie, mais que représentent-ils en nombre d'adhérents par rapport à la population ? Une infime minorité ! Aujourd'hui que représentent en nombre les députés et sénateurs de la nation, opposition et majorité comprise ? Un groupuscule de la pensée unique ! Vision caricaturale de la chose ? Oui et non, seulement un raccourci pour mieux imaginer la galère où sont embarqués les représentants du FDG actuellement. Plus que leur utilité incontestable sur le fond, c'est leur situation contraignante dans laquelle ils se trouvent et les résultats catastrophiques des élections législatives qui doivent interpeller le FDG et les partis politiques qui s'en réclament.

Alors que les conflits d'entreprises se multiplient un peu partout dans le pays, le Président François hollande, le Premier Ministre et son Gouvernement , gardent la confiance de la majorité socialiste, remettent en cause le code du travail, détricotent les acquis sociaux , répondent favorablement aux revendications du MEDEF et, cerise sur le gâteau, font condamner des syndicalistes en les traitant de voyous publiquement. De telles agressions à l'encontre du monde du travail méritaient une réponse spontanée et d'envergure nationale, unitaire, avec la participation physique du FDG dans son ensemble ! Démagogie ? Oui et non ! Les déclarations de soutien ne constituent pas une démonstration de force et n'a aucune résonnance politique ou très peu selon l'humeur des médias génériques peu enclins aux traitements des conflits sur le fond. Il en va de même avec les événements tragiques qui ont bouleversé l'opinion publique, l'émotionnel a prévalu sur le rationnel, le prêt à penser politiquement correct sur la pensée objective ! C'est dans ce contexte qu'a été décrété l'état d'urgence, c'est aussi dans ce contexte qu'il est aujourd'hui question d'inscrire dans la constitution la possibilité d'expulser des Français binationaux ! Le front National en à toujours rêvé, la droite en a pensé, un gouvernement de gauche va le réaliser ...à moins que ?

Il y a mille et mille raisons d'être en colère contre ce gouvernement qui gouverne barre à droite, contre un parti Socialiste qui détruit la gauche en reniant ses valeurs. A t'on encore une bonne raison de croire que le FDG a un avenir ou va s'auto détruire pour des raisons politiciennes ?

Voir les commentaires

Publié le par naizinois
Publié dans : #billet d'humeur

Que reste t-il du rassemblement du 18 mars 2012 ? Sur cette place de la Bastille nous étions là par milliers pour réaffirmer notre adhésion aux principes fondateurs du FDG et à son programme l'humain d'abord. Au-delà de la multitude des bannières, servi par le talent tribunitien de son porte parole Jean Luc Mélenchon, la constitution du FDG devenait réalité. Combien dans cette foule ont cru que nous étions à l'aube d'une révolution citoyenne ? Combien ont cru que d'autres lendemains étaient possibles ? Combien ont cru en l'unité de la gauche progressiste ? En l'avènement d'une sixième République ? En ce lieu symbolique de la révolution de 1789 le peuple de gauche, animé par l'espoir renaissant avait rendez-vous une nouvelle fois avec l'histoire. Les vieux démons de la désunion de la gauche relégués au placard, l'heure de la lutte pour l'adhésion du plus grand nombre au programme l'humain d'abord avait sonnée.

Le 19 mars à l'heure du premier métro, la place de la Bastille était vide de monde. Il ne restait plus que des guirlandes étoilées accrochées aux arbres, et des tracts s'envolant au gré du vent. Que reste t-il de cette journée du 18 mars ? Les bonnes résolutions, l'espoir, la concorde, envolée aussi au gré des tempêtes politiciennes ! Le FDG avec son programme l'humain d'abord est-il toujours un "outil" pour une transformation réelle de notre société ? L'affirmer aujourd'hui suppose une bonne dose de conviction ou.... d'opportunisme c'est selon ! Force est de constater que l'esprit de rassemblement a prit du plomb dans l'aile. Mon propos n'est pas de montrer du doigt le ou les coupables mais de mettre chacune de ses composantes en face de ses responsabilités ! Que de temps perdu à vouloir justifier l'inqualifiable, à prioriser le 'paraître' à l'action, ou faire semblant, c'est la même chose ! Est-ce là l'autre façon de faire de la politique ? Assurément non ! Pourtant les nouvelles formules partagées par tous sont nombreuses : place au peuple, parole au peuple, prenez la parole, remue-méninge, comité citoyens, atelier de réflexion, mouvement pour la sixième République,... que sais-je encore ? Dans l'esprit ce sont là des initiatives militantes , démocratiques, qui, hélas aujourd'hui, dans la pratique, suscitent peu d'intérêts au niveau de nos concitoyen-nes., le pire étant, qu'à l'instar des boîtes à idées des grandes surfaces, elles s'apparentent à une démarche commerciale qui n'a d'autre objectif que d'attirer le chaland.

Dans l'esprit de beaucoup le FDG est une coquille vide, c'est en partie vrai car vidé de son contenu initial il ressemble plus à une auberge espagnole qu'à un mouvement émancipateur. Force est de constater que l'unité de ses composantes s'est fracassée sur le mur des stratégies électorales des uns et des autres en le rendant illisible, incohérent et incapable de changer le quotidien de nos concitoyen-nes . Il suffit de passer un peu de temps sur le net pour se faire une idée de la confusion qui règne  à son sujet, où chacune de ses composantes, à défaut d'en revendiquer la paternité, reproche à l'autre ce qu'il fait lui même ! Le jeu des chaises musicales lors des séquences pré-électorales sont significatives d'un grand foutoir.

Partant du constat que le FDG se dispersait plus qu'il ne ressemblait, des militant-es qui refusent de le voir considérer comme un faire valoir en Loire Atlantique, se sont regroupés en association avec l'objectif d'assurer sa promotion au niveau de la population, au delà des contraintes partisanes et des logiques de parti qui sclérosent l'ouverture en direction des non-encartés. Place au Peuple FDG 44 n'invente rien, l'association ne fait que reprendre à son compte localement un des éléments moteur du programme l'humain d'abord, à savoir : la parole au peuple et agissez sans attendre les mots d'ordre ! Ce message est-il toujours partagé par les partis politiques?

En Loire Atlantique ont peut en douter car notre association est plutôt mal perçue, particulièrement par la Fédération 44 du PCF. Il est vrai qu'aucune question n'est tabou pour Place au Peuple FDG 44 car, elle ne saurait se contenter des non dits ni de la mise de côté des dossiers qui font débats , Notre Dame des Landes pour ne pas le citer ! Il ne faudrait pas non plus que les divergences quant à ce dossier soient l'arbre qui cache la forêt, la reconduction des alliances avec un parti socialiste qui détruit nos valeurs en cautionnant, par les votes de soutient sans faille un gouvernement, qui de gauche n'a que le nom ! Au soir du second tour des régionales nous aurons encore droit au grand bla bla bla des gagnants et des perdants, les habitués des plateaux tv, faiseurs de pluie et de beau temps, bonimenteurs patentés. Qui parlera de l'humain d'abord, de démocratie, de sixième république, de la montée du fascisme en Europe, des bruits de bottes à nos portes ? Ce n'est qu'une interrogation ! Une certitude...se battre et encore se battre ! Que vive le FDG !!!!!!

Voir les commentaires

Publié le par naizinois
Publié dans : #vidéos partagées

Soirée débat du 10 octobre à Nantes initiée par l'association Place au Peuple FDG44 . En préambule, la projection du film Les jours Heureux a défini le cadre des discussions et des interrogations qui font débat aujourd'hui à gauche, à savoir : la démocratie, le rôle et la liberté de la presse, la citoyenneté dans l'entreprise et la cité, les valeurs et devoirs de la République, la paix dans le monde .

Voir les commentaires

Publié le par naizinois
Publié dans : #vidéos partagées

~~C'est toujours la même décharge émotionnelle qui prend aux tripes de celles et ceux qui font le déplacement pour rendre hommage aux martyrs de Châteaubriant . Difficile d'énumérer la somme des émotions et des sentiments que suscite ce lieu où, 27 hommes sont tombés sous les balles des Nazis le 22 octobre 1941. Que retiendra l'histoire de cette sinistre journée ? quelle en sera la lecture quand les derniers témoins vivants de cette tragédie ne seront plus là ? Faut-il laisser place à l'imagerie populaire qui souvent parle de tout en occultant l'essentiel à savoir : le pourquoi des choses . Ceux de Châteaubriant ont été livrés à leurs bourreaux par le régime de Vichy, ils sont mort parce qu'ils militaient pour un idéal porteur de justice sociale, de fraternité et de paix entre les peuples avant que l'occupant nazi en fasse des patriotes, des résistants ! Dénoncer le crime, uniquement dans son horreur, sans mettre en lumière les responsabilités de la classe dominante de l'époque, serait leur faire injure. Tous les ans l'Amicale de Châteaubriant-Voves-Rouillé-Aincourt concourt au devoir de mémoire et d'éducation populaire par l'évocation de la fusillade de la Sablière. Il faut souligner le travail remarquable de Claudine Merceron, tant au niveau de l'écriture que pour la mise en scène où le contenu du texte est en lien permanent avec la réalité historique et le message d'espoir qu'il suscite. Est-ce le privilège du spectacle vivant ou un trop plein émotionnel qui retient l'attention ? en tous cas l'alchimie des deux fait que les spectateurs applaudissent dans le même élan les comédiens et les victimes de la barbarie nazie tant elles sont présentes dans les esprits ! Il faut souligner aussi la dimension pédagogique de l'évocation en regard de la diversité des intervenants, particulièrement les élèves des écoles, des bénévoles, des intermittents du spectacle. Bravo à tous.....il reste tant de choses à faire car la bête immonde n'est pas morte 

Voir les commentaires

Publié le par naizinois
Publié dans : #billet d'humeur

 Les résultats des élections départementales ont été source de bien des commentaires, tant de la part des heureux élus que des déçus . Nonobstant l'importance des enjeux et le devoir du citoyen, je dois avouer que les échanges sur les réseaux sociaux et plateaux télé m'ont laissé perplexe tant sur le fond que sur la forme. A l'ouverture de la grande foire au déballage, où par principe tout monde à gagné ou. perdu, mais moins que prévu...ce qui est en soi une victoire, j'ai entendu un contributeur spécialiste des grandes messes électorales, se demander ce que les abstentionnistes pouvaient avoir dans la tête ! Voilà une grande question qui devrait intéresser tous le monde, à part ceux qui s'accommode de la situation bien entendu !

La nature a doté l'espèce humaine et animale d'un cerveau permettant à chacun de s'en servir pour se différencier de l'autre selon des critères d'appréciations définis par la science humaine. Par curiosité j'ai ouvert le dictionnaire afin de connaître cette chose qui, selon certains, me fait défaut ! Ben mes aïeux je vous assure que c'est plus simple de trouver la lettre C que de comprendre la complexité de son mécanisme . Entre le cerveau antérieur et le postérieur il y a le cerveau moyen , quelques lignes plus loin il y a les brûlés, les malades, dérangés, fêles, lobotomisés. Je comprends mieux maintenant que la juxtaposition du tout et son contraire peut occasionner des maux de tête, voire des maladies mentales chez certaines espèces ! Cela devient dramatique quand la crème de nos élites n'échappe pas au phénomène et force est de constater que ceux qui ne font rien, qui n'ont rien à dire ou simplement ne pensent à rien, s'en sortent plutôt mieux, la règle d'or étant le silence, rien ne leur sera reproché ! sont-ils en bonne santé pour autant ? Pas sur, la constipation peut avoir des effets désastreux sur le comportement du cerveau qui n'a d'autres choix que l'ouverture des vannes pour éviter l'explosion qui malheureusement engendre bien souvent des catastrophes.

A ce stade de la réflexion et la confusion ambiante, j'en arrive à croire que le mien est un peu paresseux car il lui faut un peu de temps pour réagir à ce que mes yeux voient , mes oreilles entendent; à la beauté et la laideur des choses, aux émotions suscitées par des rencontres, des évènements, à la colère, l'injustice. Cela me joue des tours car il m'arrive parfois de me demander qui je suis, ce que je fais, où je vais, ce qu'il faut croire.. ou pas ! C'est pas très rassurant tout ça quand on veut se forger une conviction sur le "vu et entendu", surtout si le "vu" retransmis au cerveau est autre chose que "l'entendu" et diffère de la réalité pour laisser place à l'imagination. Alors là ça devient du n'importe quoi , c'est Marine la blonde qui se prend pour la castafiore et Nicolas le nain qui devient Thénardier pillant la caverne d'Ali Baba! c'est encore Manuel le toréador dans l'arène imposant le silence avant la mise à mort , c'est encore le grand frisson des courses de vaches landaises sous les lambris élyséens où l'encorneur devient l'encorné ! Quelle corrida mes aïeux ! Le temps d'une respiration et de m'en remettre aux autres ; enfin pas n'importe qui, je vais faire en sorte de mettre un peu d'ordre dans mes pensées et continuer d'avancer sans me casser la tête avec ces choses qui en sommes sont peut être normales. Après tout, autant l'eau et feu sont utiles aux humains pour vivre, ils ont aussi des intérêts contradictoires quand la maison brûle !!

Voir les commentaires

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>